Historique

En 1860, déjà, le projet de création de ligne Colmar-Freiburg est présenté comme faisant partie de l’axe ferroviaire Paris-Vienne, qui traverserait Vosges et Forêt Noire. En dehors d’une liaison internationale qui devait favoriser les échanges, les raisons économiques mis en avant étaient le transport de bois de la Forêt Noire jusqu’au Rhin d’approvisionnement et le transport de charbon depuis le Saarland jusqu’à Freiburg.

En 1875, alors que l’Alsace est placée sous l’administration allemande, une convention est signée entre le grand-duché de Bade et les chemins de fer d’Elsass Lothringen pour la réalisation de trois jonctions ferroviaires entres les réseaux d’Alsace et de Bade, de part et d’autre du Rhin. Et la construction du pont sur le Rhin entre Neuf-Brisach et Breisach est débutée la même année pour 1 000 481 marks.

trrtrr _0003Colmar-NBrisach6

Devançant de quelques semaines les lignes de Mulhouse à Müllheim et de St Louis à Weil, la ligne Colmar Breisach (20,93 km) est ouverte la première en janvier 1878. Quittant Colmar par un passage sous les voies principales de Mulhouse, la ligne se dirige vers l’est par une légère pente de 5 millimètres pour mille. Sur un parcours presque rectiligne, elle franchi l’Ill par un pont, puis la forêt de Kastenwald, avant d’atteindre la cité fortifiée Vauban de Neuf Brisach. Entre Neuf Brisach Ville et les installations de Neuf Brisach gare, implantée près de Vogelsheim, la voie enjambe une écluse du canal du Rhône au Rhin sur un pont à travée tournante. Non loin de là, c’est un grand pont à trois travées métalliques de 72 mètres de portée qui franchit le Rhin.

La ligne a été mise en service le 7 janvier 1878, le temps de parcours d’un train Colmar Freiburg était alors de 70 minutes.  Pendant les premiers mois d’exploitation, en attendant l’achèvement de l’ouvrage définitif, un pont de bateaux été mis en place.trr _0006

Figure 1 : Le pont sur le Rhin, entre Neuf Brisach et Breisach am Rhein, vu avant 1914

Figure 2 : La ligne Colmar – Freiburg ouvre à la circulation en 1878.

En 1914, dix trains omnibus assurent la liaison entre Colmar, Breisach am Rhein et Freiburg im Breisgau. Dans les années d’après guerre, avec le retour de l’Alsace à la France, quatre mouvements internationaux transitent par Breisach, se superposant à la desserte locale Colmar – Neuf Brisach.

trr _0005

Pour finaliser la liaison complète Paris-Vienne, seul le passage à travers les Vosges manque, et finalement d’autres passages sont choisis à travers les Vosges.La circulation est assurée jusqu’à la seconde guerre mondiale, comme en témoignent ces deux indicateurs des horaires du train, datant de 1880 et 1944.

Ticket Colmar-Freiburg 1880

Figure 4: Indicateur Horaire service hiver 1940/1941 – Deutsche Reichsbahn

Le 12 octobre 1939, le pont sur le Rhin est détruit par l’armée française en retraite, mais quelques mois plus tard, la Deutsche Reichsbahn et le Génie militaire allemand s’empressent de rétablir le passage au moyen de travées démontables autrichiennes (de type Rothwagner).

 trr _0004

Figure 5 : Horaires de passage du train Colmar-Freiburg, 1944

Le 5 février 1945, les combats de libération ont raison une nouvelle fois de l’ouvrage. A l’automne, les services techniques de la SNCF, décident la récupération de la travée centrale de 72 mètres pour rétablir  en priorité le pont du Rhin entre Chalampé et Neuenburg. A parti du 17 novembre 1945, le tablier sera tronçonné en plusieurs éléments. Une partie de pont encore intacte est transportée par bateau les 1er et 26 février 1946 pour compléter le pont entre Neuenburg et Chalampé (faisant partie de la ligne Mulhouse-Freiburg).

Colmar-2NBrisach

Le pont détruit…

Quelques mois plus tard, devant l’importance des frais à engager, la SNCF et la DB renoncent à la reconstruction du pont et à l’exploitation de la section de ligne transfrontalière Neuf Brisach – Breisach.

Quelques mois plus tard, devant l’importance des frais à engager, la SNCF et la DB renoncent à la reconstruction du pont et à l’exploitation de la section de ligne transfrontalière Neuf Brisach – Breisach.

Figure 7 : Transport du bout de pont restant vers Neuenburg / Chalampé, en 1946

 

 

 

 

 

 

 

A partir des années 50, la desserte voyageurs est réduite à deux aller retour Colmar – Neuf Brisach. Elle est assurée par des autorails De Dietrich depuis les dépôts de Strasbourg ou d’Ile Napoléon.

Au printemps 1969, les deux circulations aller retour qui ne circulent plus qu’en semaine sont supprimées et remplacées par un aller retour en autocar Colmar Vogelsheim.

Colmar-NBrisach

La desserte marchandises, alimentée par les embranchements de Neuf Brisach, reste active. Elle est assurée quotidiennement par une locomotive diesel (BB63500) du dépôt de Strasbourg. En 1973, son trafic annuel avoisine les 150 000 tonnes.

Depuis 1993, des trains à vapeur circulent à la belle saison entre la gare de Volgelsheim et le port du Rhin à Marckolsheim. Encore aujourd’hui, quotidiennement, 2 trains de marchandises effectuent le trajet jusqu’au port du Rhin.

Du côté allemand, jusqu’en 1997, la ligne Breisach – Freiburg est assurée par la Deutsche Bahn. Depuis le 1er juin 1997, le service assuré par la Breisgau-S-Bahn, avec 34 trajets quotidiens assurés par des « Regio-Shuttles », un cadencement de 30 minutes et 9200 passagers par jour. La ligne sera électrifiée d’ici à 2020 et un cadencement de 15 minutes sera mis en place.

 

Gare de Sundhoffen

Gare de Sundhoffen

 

 

 

 

 

 

Le bâtiment de la gare de Sundhoffen, à 7 km de la gare de Colmar, aujourd’hui propriété privée, classée parmi les gares d’Alsace-Lorraine de type « donjon ». La gare comportait

une voie d’évitement pour le croisement des trains. Jusqu’à la fin des années 1980, elle accueillait encore des wagons de céréales et d’engrais.

 

La gare de Vogelsheim, située à 9 km de Colmar, lors de la mise en service de la ligne  portait le nom de la cité qu’elle desservait : Neuf Brisach gare. Le bâtiment représente le style « donjon » en briques rouges.

 

Pendant la Première Guerre mondiale elle connait une période faste et compte jusqu’à quinze habitants. Les installations se composent d’un grand magasin pour le matériel d’artillerie, d’une grande boulangerie militaire d’un entrepôt à deux étages pour les comices agricoles, d’un hangar pour les machines agricoles.

Quand en 1987 le dernier chef de gare de Neuf Brisach quitte ses fonctions, la gare abandonnéez se détériore peu à peu. En 1993, la municipalité de Vogelsheim rachète le bâtiment dans le but d’encourager les activités du Chemin de fer touristique du Rhin et devient la gare tête de ligne du chemin de fer touristique.

 

Plan de la ligne Colmar - Neuf-Brisach en 1930

Figure 8 : Plan de la ligne Colmar – Neuf-Brisach en 1930

 

Sources :

 

Centre d’Archives Historiques de la SNCF à Le Mans.BANAUDO J., 1981,Trains oubliés – Vol. 1 : l’Alsace-Lorraine – L’Est, Les Editions du Cabri, Menton, 175 p.FORTHOFFER J., 2012, Les chemins de fer d’Alsace Moselle pendant le Seconde Guerre Mondiale, Jérôme Do Bentzinger Editeur, Strasbourg, 240 p.

Reprise du Texte, Joel Forthoffer

Ville de Breisach – photos du temps